Top

Embarquez sur le mythique

Bou El Mogdad

Pour une croisière très particulière sur le fleuve Sénégal

Bienvenus au pays de la “TERANGA”

Préambule

“Teranga” est un mot du langage Wolof – une ethnie Sénégalaise – qui signifie accueil ou hospitalité. C’est plus qu’un mot c’est un état d’esprit. C’est une base du savoir-vivre sénégalais qui malgré le grand nombre de peuples, de cultures et de langues qui composent le pays, est partagé par tous.

L’étranger, l’homme “d’ailleurs”, d’où qu’il vienne,

doit y être accueilli pour qu’il se sente en paix.

Oui, le Sénégal est un pays particulièrement accueillant et son peuple lutte quotidiennement pour préserver cette tradition, ce trésor culturel qu’est la “Téranga”

Pour y avoir été maintes fois durant ces deux dernières décennies, j’avoue ma passion pour ce pays et ses habitants. Ce qui justifie mes voyages successifs le long du fleuve Sénégal au nord du pays, qui marque la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal.

Il est évident que chaque type de voyage doit être adapté aux désirs profonds du voyageur. Internet est une source d’inspiration inépuisable et fourni des tas d’informations. Cependant, pour organiser des voyages, il peut s’avérer très utile de s’adresser à des passionnés expérimentés, et encore mieux, à des professionnels spécialisés dont le rôle primordial est de répondre aux attentes de leurs clients. D’ailleurs, ces professionnels sont presque toujours des passionnés qui seront toujours présents pour vous assister en cas de problèmes… (Covid19 par exemple !).

Attention, ce voyage ne s’adresse pas à tous.

Si vous faites partie de ceux qui préfèrent (et c’est légitime) passer leurs vacances en bord de plage dans un hôtel confortable : au Sénégal, choisissez plutôt les plages de Saly ou de M’bour, il y en a pour tous les goûts !

Par contre,

  • Si vous êtes prêts à lâcher prise et que vous êtes sensible à l’histoire d’un pays et de ses habitants
  • Si votre cœur chavire lorsqu’un enfant vous prend la main pour vous faire découvrir son village
  • Si votre esprit est ouvert à la générosité que les habitants peuvent offrir au travers de leurs sourires, de leurs chants ou de leurs danses
  • Si vous êtes à la recherche de sérénité et d’une authenticité absolue
  • Si vous voulez vivre une expérience hors du temps

Alors, il se pourrait que ce voyage soit fait pour vous !

Après ce préambule, il est temps de vous raconter notre voyage.

Le Sénégal en quelques mots

Quelques soient vos attentes, vous trouverez forcément ce que vous cherchez au Sénégal. Cette terre d’hospitalité et de convivialité est située à l’Ouest de l’Afrique et elle est bordée par l’océan Atlantique.

Dakar, cette capitale rendue si célèbre par le rallye « Paris-Dakar » et située à l’extrémité occidentale de l’Afrique, a facilité l’installation des premiers colons et le commerce avec l’Europe et les Amériques.

Le français y est une des langues officielles (En 1817, la France reprend le Sénégal aux Anglais). La période coloniale y a laissé des traces comme à Gorée ou à Saint-Louis, et ces sites figurent aujourd’hui sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Outre les incontournables Lac Rose, les plages, Île de Gorée et Saint-Louis, découvrez le Siné Saloun et ces mangroves majestueuses ou encore le Djoudj qui est la 3ème réserve ornithologie du monde et paradis des oiseaux migrateurs. Sans oublier les magnifiques couchers de soleil…

Climat : Quand partir ?

Le climat du Sénégal est de type tropical et la meilleure période pour s’y rendre s’étend de novembre à mai, ce qui correspond à la saison sèche. Le soleil est présent et les pluies sont rares. Les températures moyennes tournent autour des 24°- 27°C. La période la plus agréable reste de décembre à février où les températures sont les plus douces pour les visites.

La saison des pluies va de juin à octobre et le mois d’août (à éviter) est en général le plus arrosé. Pendant cette période les températures passent régulièrement les 30°C et les précipitations sont régulières mais souvent assez brèves. La période la moins favorable est de juillet à septembre, certaines zones du pays peuvent être inondées avec une météo très capricieuse.

Le début du voyage

Au départ de Bruxelles, il faut compter à peine six heures de vol, comme pour les îles du Cap Vert qui se trouvent en face du Sénégal. De plus, avantage non négligeable, il n’y a qu’une heure de décalage horaire.

Ce qui en fait une destination confortable pour ceux qui veulent vivre une expérience unique à la rencontre d’un peuple hyper accueillant. Il est temps de partager notre expérience en vous montrant le quotidien et la culture des populations locales

Nous voilà donc partis pour une dizaine de jours, dont six jours de croisière sur le fleuve Sénégal.

Nous débutons notre séjour par une nuit dans un lodge nature à Guéréo offrant une vue panoramique sur la lagune et l’océan. Les 15 luxueuses cases, le restaurant, les jardins fleuris et la piscine sont répartis dans un écrin de verdure et domine la réserve naturelle de la Somone. Ce lodge luxueux nous offre une parenthèse de bien-être, de calme et la possibilité d’observer la faune et l’avifaune dans leurs multiples affuts et miradors. Pour combler le tout, une table plus que savoureuse ravi nos papilles.

En route vers Saint Louis, l’élégante

Le lendemain, nous continuons notre route vers Saint Louis à l’embouchure du fleuve Sénégal (265km au nord de Dakar pour 4h de route en voiture). Nous logeons dans un hôtel au charme authentique et situé dans le centre historique.

Cette ville fut fondée au milieu du XVIIème siècle par les européens qui la nommèrent ainsi en l’honneur du Roi de France Louis XIV. Ses édifices témoignent d’une histoire coloniale impressionnante. L’île de Saint Louis est cette minuscule bande de terre, aujourd’hui insérée entre les deux bras de l’embouchure du fleuve Sénégal, et qui jouit d’un environnement exceptionnel, mariage subtil entre un paysage terrien et fluvial. Le majestueux Pont Faidherbe (unique point de passage vers l’île) dont les travées ont été importées de France en pièces détachées, n’a pas modifié la trame urbaine. Il doit son nom à Louis Faidherbe, administrateur colonial du Sénégal (entre 1854 et 1865).

Découverte du Bou el Mogdad

Nous quittons Saint Louis pour Podor (3 ½ h de route). Le fleuve Sénégal nous emmène à la découverte d’une région hors des sentiers battus : paysages luxuriants peuplés d’innombrables oiseaux, comptoirs coloniaux oubliés par le temps, villages reculés aux peuples terriblement attachants… Ce bateau est l’unique bateau qui navigue sur le fleuve, et ce n’est pas n’importe lequel. La magie opère tout de suite !

Embarquement à bord de ce navire au destin particulier, construit en 1950 en Hollande pour les « Messageries du Sénégal ». Après une reconversion en bateau de tourisme en 1975, il est finalement racheté et ramené sur ses terres d’origine à Saint Louis en 2005. Nous sommes accueillis par la directrice de croisière au sourire ravageur. Un verre de bienvenue, un petit tour du bateau et nous nous installons dans nos cabines au charme d’antan. Pas de télévision mais un lit confortable et décoré avec respect d’authenticité. Le restaurant (seulement 5 à 6 tables) créé une atmosphère intime qui nous permet de sympathiser facilement avec les autres passagers pour revivre la Route des Comptoirs.

Début d’une croisière hors du temps sur le fleuve Sénégal

De Podor nous naviguons jusqu’à Thiangaye. Nous partons en ballade à la découverte de Podor avec notre guide Ansou (une vraie encyclopédie vivante qui allie autant ses connaissances du pays que son humour décalé !). Ancien comptoir, cette petite ville est relativement bien conservée et nous captive par l’atmosphère chargée d’histoire qui y règne. On y faisait le commerce des épices et de tissus apportés par les maures, ainsi que celui de l’or.

L’une des principales attractions de la ville est son fort construit sous Louis XV et fortifié par Faidherbe, récemment restauré par la coopération française. Il dispose de trois bâtisses et de remparts et fut abandonné par l’armée française lors de l’accession à l’indépendance du pays. Nous tombons sous le charme de ces magnifiques maisons aux murs ocre et jardins qui longent les quais.

Et ces entrepôts ayant contenu auparavant la gomme arabique, bois de chauffe, ivoire, et esclaves sont aujourd’hui les vestiges d’un passé finalement pas si lointain. Son musée permet de découvrir les objets d’une autre époque.

Vers 10h, nous naviguons sur ce fleuve si paisible et l’après-midi, nous embarquons sur la barge pour la visite d’un village Toucouleur (« ethnie », ensemble culturel de confession musulmane). Nous partageons une tranche de vie avec les villageois dans leurs villages de terre battue. A la tombée de la nuit, nous profitons d’un méchoui à la lueur des lampes tempête. Une ambiance attisée par les habitants. On y dance, on y chante, on profite un maximum de cette atmosphère chaleureuse au rythme des djembés. C’est ici que l’hospitalité sénégalaise prend tout son sens.

Après le petit déjeuner, nous nous dirigeons vers Dagana. Nous déjeunons sur les rives, sous les manguiers… à la manière sénégalaise. Nattes et coussins à même le sol, remplacent les tables et chaises. Et comme menu, le « Tiep Bou Djen » ce plat traditionnel à base de poissons, de légumes frais (carottes, choux, citrouilles, navets et aubergines), de manioc, ail, oignons …..et de riz cassé deux fois … une spécialité locale et un vrai délice !  Ensuite nous partons pour le village Wolof de Dagana avec ses rues animées. Visite du marché et de l’école Amadou Basse Soll suivi d’une rencontre avec des teinturiers pour une présentation de l’art batik, (une technique d’impression des étoffes).

A bord, nous ne résistons pas aux massages de la charmante Absa qui en plus d’avoir des mains expertes, nous entrainera le soir dans ses danses endiablées au rythme ethnique. Sa bonne humeur, ainsi que celle de tout l’équipage, est tellement contagieuse!

Les ruines d’un château au milieu des cases !

Le quatrième jour de la croisière, nous laissons Dagana derrière nous pour rejoindre RichardToll.

Balade matinale de deux kilomètres dans la verdoyante forêt de Goumel. Visite d’un village traditionnel Peulh composé de huttes ovales construites par les femmes. Une nouvelle rencontre insolite et éphémère… Ces villageois nomades avec leurs troupeaux de zébus, moutons et chèvres, s’y sont installés pour un moment, leurs cases en roseaux tressés pour seul habitat.

Nous retournons à bord et naviguons jusqu’à RichardToll (champ de Richard). Cette ville est particulièrement connue pour sa « Folie du Baron Roger », ce château de style français qui fut construit par le gouverneur Jacques-François Roger. Ce bâtiment a été occupé par Louis Fairherbe puis transformé en monastère puis en école avant d’être abandonné. Aujourd’hui, nous contemplons les ruines de cette bâtisse inattendue dans un village de cases.

Nous visitons l’exploitation et l’usine de canne à sucre de la Compagnie Sucrière Sénégalaise. Les champs de canne à sucre s’étalent sur plus de 10.000 hectares, Les parcelles sont brulées la veille de la coupe. Cette pratique spectaculaire permet d’assainir le terrain contre les parasites, serpents et autres faunes.

La réserve ornithologique du Djoudj

Nous continuons notre descente du fleuve, entre le Sénégal et la Mauritanie pour arriver à Rosso, ville frontière où les pirogues attendent les passagers, animaux ou véhicules à transporter de l’autre côté des rives.

Départ avec l’annexe vers l’entrée du Djoudj, habité par de nombreuses espèces d’oiseaux. C’est la 3ème plus grande réserve ornithologique du monde que nous découvrons en pirogue. De novembre à avril, près de trois millions d’oiseaux s’y donnent rendez-vous pour hiverner : pélicans, flamants, aigles pêcheurs, cormorans et autres oiseaux migrateurs nous émerveillent. Nous avons aussi vu crocodile, phacochère et d’autres espèces…

Ce matin, nous longeons les berges bordées de roseaux de la réserve du Djoudj, avant d’arriver au barrage de Diama qui empêche les eaux salées de remonter.

Nous approchons de l’écluse particulièrement étroite et observons la délicate manœuvre pour la passer et nous permettre d’arriver à Saint Louis.

Retour à Saint Louis

Un tour en calèche nous permet d’y ressentir une atmosphère à la fois étrange et familière. Nous découvrons les splendides maisons à balcon, les maisons à galerie ainsi que les quelques maisons basses portugaises qui confèrent à la vieille ville sa qualité esthétique et son identité.

Toujours sur l’île : la Mairie et le Palais de Justice (1er jugement en 1875), l’hôpital (1827), le lycée de jeunes filles Ameth Fall.

Après notre dernier petit déjeuner à bord, nous partons pour un campement dans un endroit idyllique. Niché sur le bord de la lagune, face à la Langue de Barbarie, ce havre de paix est un dépaysement garanti. Une invitation à la sérénité et la détente. Nous logeons dans des bungalows sur pilotis avec terrasse privative et tout le confort nécessaire. Le restaurant panoramique, le bar et la piscine vous invite à la détente.

Plusieurs activités sont possibles, telles que :

  • visite de la Réserve de Guembeul
  • l’île aux oiseaux
  • kayak, planche à voile
  • tennis de table
  • massages

Nous avons vécu une expérience inoubliable grâce au charme d’une croisière hors du temps sur le fleuve Sénégal en redescendant la Route des Comptoirs. Ce voyage a été est une invitation au dépaysement et à l’authenticité. Nous avons pris le temps de la découverte et de la contemplation. Des paysages uniques se sont offerts à nous, entre Podor et Saint Louis, entre l’océan et les portes du Sahara. Nous avons rencontré une population réellement chaleureuse. Nous avons découvert une faune et une flore riche et variée.

Dépaysement total garanti !

Eric Dubois, Pascale Froment

Post a Reply to Hanane cancel reply

Commentaires

  • Jean-Pierre

    6 mai 2020

    Que de magnifiques souvenirs. Un pays superbe et une population accueillante. On a hâte d’y retourner

    répondre...
  • Lut Poorters

    6 mai 2020

    J’embbarque, les photos donnent envie de voyager.

    répondre...
  • Hanane

    7 mai 2020

    Mon premier voyage en Afrique, direction le Sénégal…début de mon addiction au voyage dans ce continent extraordinaire 🙂
    15 ans après, je crois pouvoir affirmer que c’était mon premier shoot de voyage, et que les doses suivantes, administrées pour retrouver cette sensation n’ont jamais réussies à atteindre ce paroxysme. Voilà comment je suis devenu accroc…

    répondre...
  • Fabienne

    12 mai 2020

    Finalement pas si loin que ça…. et quel dépaysement!
    Après ce confinement, ce serait bien de montrer à nos enfants la chance qu’ils ont chez nous, le confort! Que de beaux paysages ! Merci de nous faire voyager en pensée Gigavoyageur!

    répondre...