Top

Sommaire

Cliquez sur les titres pour une navigation plus rapide

Cliquez sur toutes nos photos pour les découvrir en grand format


Préambule d’un voyage au Vietnam

À l’heure actuelle, l’ère digitale, nous sommes incités par les outils technologiques à croire que l’on peut connaître le Vietnam (entre autre) au bout des doigts … Donc, en quelques clics, il est possible de réserver un vol via Skyscanner, une chambre via AirBnB ou Booking, un repas via Vizeats, etc… sans parler de la myriade de blogs et guides de voyages fournissent des tonnes d’informations sur le pays.

À vrai dire, paradoxalement, l’immense majorité des voyageurs ne découvrent que la façade la plus touristique du pays. Ils ne comprennent qu’une infime partie de la culture, malgré l’abondance des sources disponibles sur Internet et les réseaux sociaux…

Au fond, les quelques chanceux qui touchent réellement l’âme profonde du Vietnam sont trop rarissimes.

Ce qui manque le plus cruellement dans les itinéraires de ces gens ?

C’est sans doute, le contact humain avec les populations locales

De fait, voilà pourquoi 95 % des touristes ne découvrent que 5 % du Vietnam. Afin de capter les 95 %, il est indispensable de découvrir le Vietnam différemment, en allant à la rencontre de ses habitants. Ce pays captivant ne se visite pas, il se vit.

Oubliez votre check-list des choses à voir

Faites une liste des choses à vivre !

Afin de comprendre le Vietnam contemporain, vous n’êtes pas obligé de voyager « hors des sentiers battus ». À vrai dire, il suffit de découvrir des villes d’étapes dans l’œil de ses habitants. En fait, l’idée est de se plonger dans leur quotidien et de vivre les réalités du pays. C’est, sans doute, la meilleure façon de « voyager loin des idées reçues ». Dans cet esprit, on peut très bien revisiter Hanoï, Hue, Hoi An et Saïgon différemment.

Quoi qu’il en soit, voici quelques pistes à découvrir…

Hanoï : la trépidante capitale du Vietnam


En l’espace de 20 ans, la ville a connu une explosion démographique, passant de 2 millions à 7 millions d’habitants. Pour faire face à un flux migratoire très diversifié, la culture urbaine a fortement évolué. Les vélos des années 90 ont laissé place aux scooters. Le cyclo-pousse ainsi que le spectacle des marionnettes sur l’eau sont des souvenirs lointains dans l’esprit des jeunes vietnamiens. De nos jours, c’est une ville qui bouge avec une jeune génération d’entrepreneurs qui ont soif de réussir.

Quels sont les traits culturels intrinsèques chez les Hanoïens ?

  • Une vie matinale avec les bosseurs : l’âme hanoïenne se réveille essentiellement à 4 h. N’oublions pas que c’est une ville qui compte de nombreux marchands. Les gens doivent travailler dur pour gagner leur vie. Ça commence par les marchés grossistes de fleur à Quang Ba et ensuite les marchés de fruits à Long Bien. Ensuite, les habitants se rendent aux lacs (cadres idylliques) car ils pratiquent énormément de sport. Alors, plongez-vous dans la masse !
  • Balade culinaire : la cuisine de rue est née dans le but de servir la classe ouvrière et finalement cet héritage reste encore vivace dans la routine des habitants. Alors, testez des meilleurs plats emblématiques de la ville comme chả cá, bánh cuốn, bún chả, bún thang, cà phê trứng
  • Agriculture urbaine : comme son nom l’indique, le destin d’Hanoï va de pair avec le Fleuve Rouge qui l’entoure. En plein cœur du fleuve, subsiste à ce jour une bande de terre fertile où des agriculteurs travaillent dur. Sur cet îlot, vous serez avant tout frappés par le contraste entre l’effervescence citadine et la sérénité bucolique du lieu. En bref, essayez, sans aucune hésitation, la cueillette des légumes.
  • Balade insolite en “xe ôm”: saviez-vous que les scooters sont rois dans ce pays. Dans ces conditions, pourquoi ne pas s’intégrer complètement dans la masse ? Faites également un tour en moto-taxi et foncez dans le quartier Kham Thien qui reflète le Vietnam contemporain. Dans un labyrinthe de ruelles et de bâtiments résidentiels, vous trouverez un visage inattendu de la capitale : tantôt vénitien, tantôt cubain, tantôt napolitain. L’empreinte coloniale est tangible quelque part. Et vous pourriez même expérimenter d’être accueillis dans une famille hanoïenne pour un dîner typique…
  • Apéritif Bia Hơi : à vrai dire, c’est un peu l’équivalent du tapas espagnols ! Les Hanoïens se retrouvent dans les brasseries locales dès la nuit tombée. Leurs adresses préférées sont souvent excentrées par rapport au Vieux Quartier. Donc, à vous de les chercher, au lieu de filer dans la rue “Ta Hien” où se trouvent presque exclusivement des touristes…

Hue : la majesté impériale


Dans cette ancienne cité impériale, la culture vivante ne se voit pas à travers sa citadelle royale. C’est la ville du “slow tourism” par excellence ! Son âme se sent dans le mode de vie de ses habitants.
La plupart des touristes choisissent leur quartier général dans la rive sud de la ville, du fait de son ambiance occidentalisée.

Pour vraiment se plonger dans la culture locale,

il vaut mieux séjourner à l’intérieur des enceintes fortifiées dans la rive nord.

Quelques exemples

  • Cuisine de rue : à la différence d’Hanoï, la cuisine de rue de Hue a une forte influence impériale. Les habitants font souvent la tournée des adresses pour remplir leur estomac. Leurs échoppes favorites se trouvent naturellement dans la citadelle royale. Parmi les spécialités de la ville, il faut citer : bánh khoái, bánh bột lọc, bánh ram ít, chè bưởi. Faites-vous accompagner par les habitants de Hue. Ils seront ravis de vous montrer ce qu’ils aiment.
  • Arts martiaux : la réputation de Vietvodao atteint son niveau international avec une couverture sur 128 pays. Cet art s’inscrit dans le programme sportif de plusieurs écoles vietnamiennes, notamment au lycée et à l’Université. Symbole de l’unité du peuple, on l’enseigne aussi dans les écoles privées. Hue fait partie des villes où le Vietvodao est le plus pratiqué. Alors, que diriez-vous de rencontrer un maître vietnamien qui ne manquera pas de vous montrer quelques techniques ?•
  • Rencontre avec des moines : même si le Vietnam est un pays laïc, les Vietnamiens se déclarent bouddhistes par culture. L’éducation familiale a une forte empreinte de Bouddha : compassion, entraide, générosité, etc. La meilleure façon de comprendre cette spiritualité est de rencontrer des moines dans une pagode.

Hoi An : la ville aux mille lanternes

L’âme de cet ancien port maritime est constituée par une communauté de descendants d’origine chinoise. Au 17e siècle, des marchands originaires de la Chine côtière ont fait le choix de s’installer durablement dans la ville. La splendeur architecturale de la vieille ville est en grande partie due à la prospérité commerciale des congrégations chinoises. De nos jours, les descendants vivent en toute discrétion, à l’ombre des hordes de touristes.

  • Cuisine de rue : l’empreinte chinoise est vivace dans la cuisine de “Hoi An”. Les immigrants d’autrefois ont apporté le savoir-faire de la Chine, pour les mélanger avec des ingrédients locaux. On y trouve : cao lầu, cơm gà, bánh vạc, hoành thánh. Faites-vous accompagner par les descendants pour mieux savourer des plats.

Préparez votre voyage au Vietnam judicieusement

Voilà, j’espère que ces quelques lignes vous donneront l’envie d’approfondir le sujet et que vous comprendrez qu’un voyage ne s’improvise pas totalement. Je m’appelle Van Thaï Nguyen et je suis vietnamien. Ayant grandi dans une famille de diplomates, j’ai passé mon enfance expatriée à travers plusieurs pays asiatiques. Naturellement, l’éducation multiculturelle a forgé une ouverture d’esprit précoce chez moi. L’âme voyageuse m’a suivi jusqu’en France où j’ai mené une aventure de 8 ans. J’en ai profité pleinement pour sillonner toute l’Europe et le Proche-Orient. En quête de sens, mes voyages personnels sont toujours remplis de rencontres humaines, d’immersion culturelle et de découvertes authentiques.

Retourné au Vietnam en 2011, j’ai eu la mission de continuer l’œuvre de mon père au sein de l’entreprise familiale TTB TRAVEL. Face au tourisme de masse du Vietnam, j’ai été choqué par la folklorisation de ma culture à cause des circuits standardisés à prix cassés. Soucieux de préserver l’identité culturelle du pays, je ne cesse d’innover des produits mettant en avant l’âme du Vietnam. La dimension humaine est ma conviction profonde.

Avec mes deux sœurs, je livre un combat acharné contre le tourisme de masse. Nous fédérons des entrepreneurs vietnamiens qui partagent les mêmes valeurs éthiques afin de bâtir un tourisme plus durable.

Je suis donc ce que l’on appelle un “agent local”. Comme tous les agents locaux du monde, nous avons une connaissance approfondie de la destination. Nous connaissons les us et coutumes, les routes, les lieux à éviter, les lieux à favoriser, les meilleurs couchés de soleil, les curiosités cachées, …. Et notre passion, c’est de partager notre savoir, offrir des souvenirs inoubliables et préserver notre pays.

Lorsque vous envisagerez un voyage, peu importe la destination, prenez du recul. Ne vous arrêtez pas à des idées préconçues qui ne parlent trop souvent que de prix ! Achetez la tranquillité, l’expérience et la fiabilité.

Pensez aux garanties qui vous sont offertes par les agences de voyages spécialisées (surtout après cette crise du covid). Elles sont soumises à des lois qui protègent le consommateur. Alors, oui, c’est parfois compliqué…mais vous avez des recours et des garanties. Tandis que lorsque que vous faite tout via des blogs, coachs voyages, internet…vous risquez de vous retrouver bien seuls et la crise du covid nous a fourni suffisamment d’exemples…

Alors, fouillez sur internet, consultez les blogs, offices du tourisme et pour le Vietnam TTB Travel et ensuite foncez dans votre agence de voyages préférée pour finaliser votre projet !

Van Thai Nguyen, un simple vietnamien par son pays

Les articles suivants pourraient vous intéresser:

Poster un commentaire

Commentaires

  • Hanane

    29 mars 2021

    Un si beau voyage au pays des rencontres humaines, d’immersion culturelle et de découvertes authentiques.
    Hâte d’y retourner 🥰

    répondre...