Top
Temps de lecture 2 minutes 30 !

Sommaire

Cliquez sur les titres pour une navigation plus rapide

Cliquez sur toutes nos photos pour les découvrir en grand format


Préambule

En cette drôle d’année 2020, nous rentrons tout juste d’un séjour au Sénégal. Et oui, nous avons été privilégiés…car nous avions une mission officielle ! Rien que ça …

J’ai passé plus de 25 années à parcourir le monde en tant qu’agent de voyages passionné et aujourd’hui, j’ai décidé d’entreprendre une nouvelle aventure avec mon épouse.

Au fil de nos voyages, nous sommes tombés, littéralement, amoureux de cette région extraordinaire. Et là, c’est fait, nous déménageons en janvier et nous ouvrons une chambre d’hôtes sympa à Ngaparou qui se trouve à 40 minutes de Dakar….(on en parlera plus tard 🙂 )

Mais, aujourd’hui, on vous emmène vers la pointe sud de la Petite côte afin de découvrir l’Île de Fadiouth 😊, plus connue sous le nom de “l’île aux coquillages”.

Le village est interdit à la circulation et

il est relié au continent par un pont en bois

Ce qui fait de cette île un havre de paix

Accéder à l’île

Une fois le véhicule laissé sur le parking, je suis accueilli par un guide officiel de l’Office du Tourisme du village, Marcel. Même avec son masque, la joie et bonne humeur se lisent sur son visage. Il m’emmènera à la découverte de cet endroit vraiment hors du commun. 

Nous empruntons à pied ce fameux pont. Au fur et à mesure que nous avançons, le tumulte du village de Joal disparait pour faire place au calme du village de Fadiouth.

Nous rencontrons quelques villageois qui font l’aller-retour entre l’île et le continent.

Nous croisons également des charrettes tirées par des ânes, ou à bras d’hommes, qui permettent l’acheminement des marchandises entre les deux rives.

Lorsque nous posons le pied sur l’île, nous constatons que le sol de celle-ci est recouvert de coquillages 🐚

Depuis toujours, à marée basse, les femmes du village collectent les mollusques en grande quantité.

Elles les font cuire, récupèrent la chair et gardent les coquilles pour les déverser sur le sol. C’est cette action qui contribue à la conservation de l’ile.

D’ailleurs, on retrouve même des coquillages sous forme de briques pour la construction des maisons 🧱

La religion sur l’île

A Fadiouth, la proportion entre chrétiens et musulmans est l’inverse de celle du pays. Ici les catholiques représentent 90% de la population de l’ile. La cohabitation entre les deux communautés se passe admirablement bien, comme dans le reste du pays d’ailleurs.

Dans une même famille,

on peut avoir des chrétiens et des musulmans

sans que cela n’occasionne de tensions.

Cet exemple de tolérance permet à chaque communauté (religieuse) d’être invitée et de contribuer aux festivités de l’autre communauté 🎊🎉

Visiter l’île le dimanche, vous permettra d’assister à la messe dans l’église Saint François-Xavier où les fidèles célèbrent le culte au rythme des percussions et des chants grégoriens.

Scènes de vie locale

En arpentant les ruelles, vous pourrez assister à des scènes de vies étonnantes : les habitantes faisant leur marché en habits traditionnels, les poissons et coquillages qu’on laisse sécher au soleil, les hommes qui refont le monde au pied de l’arbre à palabres (baobab), les femmes qui viennent chercher l’eau à la source du village, le parking à charrettes, … Tout un monde coloré qui contraste avec le blanc du sol en coquillages 😊

L’entente au-delà de la vie

Nous nous dirigeons maintenant vers la seconde île, le cimetière mixte de Fadiouth. Une preuve supplémentaire de la bonne cohabitation entre les différentes communautés 😊

Au bout du pont qui relie ces deux îles, on aperçoit une immense colline de coquillages. Là-bas, à l’ombre des baobabs reposent des chrétiens et des musulmans.

Anecdote étonante: les hommes chrétiens se font enterrer avec une bouteille d’alcool déposée sous la croix 😉😜

Balade en pirogue

Après cette petite incursion dans le cimetière, nous prenons une pirogue pour aller vers les greniers à mil. Ces constructions sur pilotis permettaient aux habitants de stocker les grains, à l’abri des rats et des incendies.

Nous reprenons ensuite notre navigation vers notre point de départ en longeant la mangrove qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux.

Cette balade est seulement possible quand la marée le permet. En effet, à marée basse, la terre absorbe l’eau. La bande de sable qui apparait permet aux jeunes du village d’avoir un peu plus d’espace et de jouer un match de foot sur un terrain improvisé ⚽️

Vidéo

Poster un commentaire