Top

En octobre, je me suis offert un break de quelques jours au Maroc avec des collègues. C’était l’occasion de changer de décor et de participer à un congrès (C’est toujours intéressant de joindre l’utile à l’agréable ! )

Lorsque l’on évoque le Maroc, la première idée ou image qui nous vient à l’esprit est souvent : Marrakech. Cette « ville rouge », une ancienne cité impériale, est devenue « tendance » grâce, notamment, aux autorités locales qui ont favorisé et mis en œuvre énormément de travaux de rénovation et d’entretien du patrimoine culturel. C’est aussi grâce aux «Riads» qui ont germé un peu partout dans la ville, aux hôtels de luxe ou exclusifs toujours plus nombreux, à la grande variété de restaurants d’excellente qualité, ou aux innombrables attractions touristiques comme les Jardins de Majorelle, le minaret de la Koutoubia, l’incroyable place Jemaa el-Fna ou encore la proximité de la vallée de l’Ourika … Une autre raison du succès de cette ville est que les voyagistes et compagnies aériennes se concentraient principalement sur Marrakech et Agadir depuis de très nombreuses années. Aujourd’hui, on observe de nombreux changements car ces compagnies aériennes desservent d’autres aéroports et permettent d’approfondir la découverte de ce pays. Ceci nous a permis de partir de l’aéroport régional Belge de Charleroi Airport.

Certes, cet aéroport comporte de nombreuses lacunes (à mes yeux) comme l’organisation des parkings, l’accès aux comptoirs d’enregistrement des bagages, le passage exigu et chaotique vers les services de douane et de sécurité, le manque de places assises, … En pleine saison, l’aéroport peut même devenir désagréable mais il nous a permis un vol direct vers Tanger avec des prix intéressants ! La direction de l’aéroport de Charleroi fait de nombreux efforts pour palier aux manquements et lutte réellement pour réduire les commentaires trop souvent négatifs à cet égard sur Google…

Nous sommes partis avec TUI Fly Belgium. Les prix étaient tout à fait abordables car nous avions réservé longtemps à l’avance nos billets. Les avions sont suffisamment confortables et le personnel de bord était particulièrement agréable.

Nous voici arrivés à Tanger et découvrons l’aéroport qui a été rénové il y a une dizaine d’années. Il subit encore quelques travaux d’entretien et d’amélioration. Il est loin d’être fabuleux, mais il est nettement mieux organisé qu’à Charleroi.

Nous sommes accueillis par un ciel si gris, que nous ne sommes même pas dépaysés de notre plat pays. Heureusement, les températures sont agréables et nous promettent un agréable séjour.

Sur la route de Tanger, on s’arrête au phare du Cap Spartel qui est situé à l’entrée du détroit de Gribaltar. En observant la mer, à 44 km, on peut apercevoir la côte espagnole. La vue est impressionnante, elle donne envie de prendre le large… On y trouve quelques cafés avec terrasses, histoire de prendre le temps de rêver. De là, on s’arrête aux « grottes d’Hercule » qui sont des cavernes naturelles du détroit où, d’après la mythologie grecque, Hercule se reposa après avoir tué le dragon à cents têtes qui protégeait les arbres aux pommes d’or.

La journée se poursuit avec une découverte sommaire de la ville et on s’installe à l’hôtel.

Le lendemain matin, nous sommes prêts pour une grosse journée…qui commence par une panne d’autocar. Là, on comprend que nous sommes au Maroc. Les problèmes sont différents des nôtres, ils prennent la vie avec une certaine nonchalance … (enviable !). Le programme ne sera pas respecté …mais pourquoi a-t-on inventé le temps qui passe ? Finalement, on n’aura perdu qu’une bonne heure, pas de quoi en faire un fromage !

On prend la route vers Tetouan en passant par Tamuda Bay. C’est un peu plus long, cependant la route côtière est plus jolie. Tamouda Bay, c’est l’endroit choisi par les grandes chaines hôtelières de luxe pour y installer de larges complexes fabuleux. C’est dire à quel point la région est belle et tendance !

On découvre Tétouan en douceur et on admire les différentes influences de la ville. Le caractère est authentique et ça fait du bien ! L’ambiance de la médina est vivante, pleine de couleurs, d’odeurs agréables et d’artisans. Les gens sont curieux et sympathiques. Absolument personne ne nous aborde de manière insistante. C’est le dépaysement total au milieu d’une réelle ville marocaine. Là, je prends mon pied !

On reprend la route vers Chefchaouen et on s’arrête dans une petite auberge (Auberge Dardara) pour prendre un repas. On mange sur la terrasse, dans un cadre assez charmant, au milieu d’oliviers…Le repas est surprenant et on ne peut plus traditionnel. 

Nous sommes impatients d’arriver à Chefchaouen, on en entend tellement parler ! Elle est enfin là, juste devant nous. De la route, le panorama est très sympa et cette cité semble effectivement jolie. On arrive par le haut de la ville ce qui permet de redescendre à travers les ruelles étroites jusqu’à la place ombragée d’Outa el Hamman où se trouve la casbah aux murs rouges. Vu le succès de cette ville sur Instagram et les réseaux sociaux, il y a du monde, bien plus qu’à Tétouan.

La ville est grande, les bâtiments s’entrelacent les uns dans les autres et les ruelles partent dans tous les sens comme dans un labyrinthe. Tous les murs de la ville sont décorés de nuances de bleu délavé et de blanc avec quelques touches décoratives de couleurs vives pour en faire un ensemble éblouissant, étourdissant. Même la lumière du soleil et du ciel se perdent dans ce décor majestueux. On oublie vite les touristes (trop) nombreux et on perd la notion de temps. L’esprit s’évade et on n’a plus qu’une seule envie : immortaliser chaque coin et recoin, mais la tâche est ardue. Nos yeux ne s’en remettent pas et le bonheur envahi notre âme. La couleur bleue est liée aux rêves, à la fraîcheur, à la sagesse ou encore à la sérénité. Ici, le bleu est poussé à son paroxysme pour vous forcer à épouser le bonheur. C’est déjà la fin, nous avons 2h30 de route, pour retrouver Tanger et ce manque de bleu se transforme déjà en mélancolie. Chefchaouen ne peut laisser personne indifférent, elle est certainement l’une des plus belles villes que j’ai eu la chance de visiter.

On vous fait grâce des détails de nos journées de réunions pour continuer à vous conter notre escapade dans les rues de Tanger.

Par où commencer ? Tanger est une ville portuaire et constitue depuis l’époque des Phéniciens un point stratégique entre l’Afrique et l’Europe. C’est, tout simplement, le premier port de Méditerranée devant Barcelone, Gênes et Marseille ! Cette ville est riche de nombreux bâtiments et trésors historiques, sa médina aux bâtiments blanchis à la chaux a gardé un caractère authentique. Cette ville mythique d’un million (+/-) d’habitants est prisée depuis de nombreuses années par les écrivains et les voyageurs, leur offrant l’inspiration et le dépaysement.

Lors de la visite de la médina, nous nous sommes laissés porter par les odeurs, les couleurs et la cacophonie envoutante de vendeurs. Toutes ces vieilles ruelles étroites vous enferment dans un voyage dans le temps. C’est tout simplement le Maroc avec un grand “M”. Tout au long de la balade, nous avons découvert des Riads, des hôtels, des cafés, des boutiques, des étals de fruits, des vestiges, …bref, un peu de tout avec une grande constance : du caractère.

Il est déjà temps de rentrer et les nuances de couleur bleue nous accompagnent pour un voyage un peu chahuté qui s’est terminé dans la joie et en toute sérénité. Merci à mes collègues et aux hôtesses de TUI Fly, qui ont fait de ce voyage un souvenir mémorable ! 🙂 PS: je vous raconterai peut être cette histoire une prochaine fois !!!

Découvrez une vidéo du voyage en Cliquant ICI

Plus d’informations sur le Maroc en vous rendant sur le site de l’office du tourisme marocain

Pour effectuer vos réservations, vous pouvez suivre les liens ci-dessous:

Les activités et excursions (cliquez ici)

Et vous, quelles régions du Maroc avez-vous visitées ? Aidez-nous en nous suggérant des thèmes d’articles ? Commentez ci-dessous 🙂 Merci

Stéphan R.

Poster un commentaire

Commentaires