Top

Pourquoi visiter le Sud du Maroc ?

Déjà, pour découvrir le désert !

Ce simple mot suffit à évoquer en moi un imaginaire fécond, nourri depuis l’enfance par le célèbre reporter « Tintin », les Pyramides d’Égypte ou encore les images de Lawrence d’Arabie …

On rêve de sublime et d’isolement face à un espace qu’on imagine infini au temps immuable et éternel

Un jour, avec ma famille, nous avons décidé de nous envoler vers le sud pour découvrir la région de Merzouga dans le Sud marocain.

Ce jour-là, le désert m’a invité à faire sa rencontre à la découverte de la vie nomade et de la culture sahraouie. L’enfant, en moi a ressurgi et tous mes rêves de dunes, de dromadaires et d’espaces immenses et calmes ont refait surface dans mon esprit. J’avais à nouveau des étoiles plein les yeux !

Commençons par 5 bonnes raisons pour découvrir le Maroc en famille (ou pas !) :

1) Le Maroc est proche de l’Europe

Quand on voyage en famille, on privilégie souvent les trajets courts en avion : que ce soit pour le porte-monnaie ou pour le temps à passer avec ses marmots dans l’avion, au départ de Bruxelles, c’est 4 heures de vol pour Agadir ! À peine le temps de s’ennuyer (si les enfants sont calmes !!).

2) Le Maroc, c’est le dépaysement total

Certes, on est qu’à quelques heures de chez nous et pourtant, dès qu’on pose les pieds sur le sol marocain on est confrontés à des paysages (sub) désertiques, des couleurs chaudes, une culture riche et complètement différente… Bref, le dépaysement est total ! Vos petits voyageurs ouvriront grands leurs yeux et ils risquent bien de vous assaillir de questions. Une réelle expérience de voyage.

3) C’est (sans doute) le bon moment !

Avec tous les événements que l’on connaît, on peut naturellement hésiter à se rendre en Afrique du Nord. L’amalgame nous pousse trop souvent à attiser la méfiance et nos préjugés. Le Maroc (d’après les différents services européens des affaires étrangères) est un pays sûr. Certes, il faut toujours rester vigilants, mais le risque (attentats et autres faits liés) est certainement très faible. Le pays se développe énormément et il fait d’énormes efforts pour servir au mieux ses visiteurs. D’ailleurs, les chiffres prouvent que les touristes reviennent en nombre.

4) Le Maroc, c’est un accueil authentique

(Marhba : bienvenue)

Cela fait aussi partie du charme du pays et j’ai vraiment adoré tous les échanges que nous avons eu avec notre guide (jamais à cours d’histoires et d’explications) mais surtout avec les locaux au fil de nos découvertes. Les autochtones sont souvent chaleureux et vivent avec un quotidien complètement différent du nôtre. Ils ont gardé le sens des traditions et sont souvent très hospitaliers avec le voyageur. D’ailleurs, je parie qu’avec des enfants, l’accueil est d’autant plus amical. Notez que dans les grandes villes, c’est plus délicat, car certains gaillards ont tendance à considérer le voyageur comme un portefeuille ambulant.

 5) Le Maroc, c’est une gastronomie remplie de couleurs et de saveurs

(Bssaha : bon appétit !)

Pour moi, la cerise sur le gâteau lors d’un voyage : c’est la gastronomie locale !

Et au Maroc, on est comblé : les tajines (sorte de ragoût cuit à l’étouffée), la harira (soupe traditionnelle), le couscous, les méchouis (agneau ou mouton cuit de longues heures dans une four en terre), la Mrouzia (recette particulière de tajine servi lors de la fête de l’Aïd el-Kebir), les briouates ( un triangle feuilleté sucré ou salé), …

Les échoppes, les étals des commerçants, les fruits, les épices… Tout est rempli de couleurs gourmandes. Les plats sont généreux, mijotés avec amour ou cuisinés avec patience et toujours parfumés comme jamais… Et pour les jeunes aventuriers, le régime local est plutôt adapté : semoule, légumes, poulet, fruits secs et fruits frais… Ils devraient s’en accommoder très facilement.

Pas encore convaincus ? Poursuivez la lecture

En route pour le Sud marocain

La variété des paysages nous ont totalement éblouis. Tout comme les médinas (terme qui désigne la partie ancienne d’une ville et surtout employé dans les pays du Maghreb) secrètes et vivantes dont on peut pleinement profiter le matin. Ou les animaux en tous genres se promenant un peu partout ou encore tous ces gens souriants et bienveillants prêts à nous aider à tout moment…

Le Maroc est multiple, déstabilisant, et euphorisant à la fois. Il nous a offert une véritable expérience de voyage, au cœur d’une période spirituelle particulière, étrange et trouble qui touche un peu tout le monde. J’ai parfois eu l’impression de flotter dans le moment présent, sans avoir envie de me soucier des jours ou du retour. Nous ne sommes partis qu’une semaine et nous avons la sensation d’être partis un mois. Même le temps s’écoule différemment ! C’est exactement ce dont j’avais besoin…

Notre périple débute à Agadir 

8h du mat, notre guide et chauffeur Rachid est au rendez-vous à l’hôtel. Après les présentations, il nous explique qu’au Maroc (et plus particulièrement dans le désert) les distances peuvent paraître relativement courtes, mais que ce sont principalement des chemins de campagne… et qu’il faut doubler le temps de trajet. Il nous faudra environ 5 heures de voyage pour arriver à destination…

Rencontre avec le désert

Nous arrivons vers 13h00 à Erg Chebbi, l’un des deux déserts de dunes du Maroc situé à quelques kilomètres de la ville de Merzouga. Ici, des dromadaires nous attendent patiemment pour nous amener au campement où nous passerons la nuit (les valises suivront en 4×4).

Si vous n’êtes jamais montés sur un dromadaire, sachez que ce n’est pas l’animal le plus gracieux ! Un dromadaire qui tente de se lever, c’est… chaotique et maladroit, mieux vaut être bien agrippé. En revanche ce qu’il perd en grâce et en confort, il le gagne en endurance et en efficacité. Ces animaux sont taillés pour des conditions extrêmes, ce qui explique pourquoi ils sont utilisés depuis des siècles par les peuples du désert !

Comprendre les mots de Saint-Exupéry

Le désert, c’est à la fois immense, majestueux et magnifique, mais… c’est aussi « désertique » ! Il n’y a pas de point de repères, pas réellement d’horizon, tout semble pareil. Pour éviter de s’y perdre, il est nécessaire d’être accompagné d’un guide qui connaît les lieux. L’aventure, c’est aussi de savoir faire confiance aux autres. C’est de confier son destin à un passionné qui sera honoré de vous partager son pays, sa culture, sa terre…Car lui, cet environnement, il le connaît, il l’aime, il vit avec.

Notre guide, s’appelle Saïd, un jeune Berbère de 25 ans. C’est un fils du désert. Depuis sa naissance, le désert est son quotidien. D’ailleurs, le désert ne semble plus avoir beaucoup de secrets pour lui ! L’aventure commence réellement.

À mi-chemin, on s’arrête pour admirer le coucher de soleil sur les dunes. Le temps est un peu couvert, mais on a tout de même droit à un magnifique spectacle de couleur. Ce qui nous frappe par-dessus tout, c’est ce silence.

Ces mots du “Petit Prince” me reviennent à l’esprit : 

« J’ai toujours aimé le désert.

On s’assoit sur une dune de sable.

On ne voit rien. On entend rien.

Et cependant, quelque chose rayonne en silence… »

Saint-Exupéry

En fait, ce silence est tellement imposant qu’on a envie de le respecter. Il y a une sorte de beauté indescriptible dans ce silence, quelque chose d’apaisant. En même temps, ce silence nous oblige à nous écouter et ça peut devenir déstabilisant. Le silence du désert, on pourrait en parler des heures et des heures. La réalité, c’est que chacun a son silence.

Autour de nous, du sable à perte de vue (et quelques dromadaires !). Le spectacle est à couper le souffle. Le soleil disparaît à l’horizon, il est temps de reprendre route vers notre campement où nous serons accueillis avec un thé traditionnel à la menthe.

Pour notre logement dans le désert, nous avons opté pour le camp « les clés du désert » qui n’est pas vraiment un camp de routards. C’est assez authentique, confortable, très bien entretenu et rempli de caractère. Chaque tente dispose de 4 lits agréables avec des toilettes et une douche… avec de l’eau chaude ! J. Tout le personnel est formidable, aux petits soins et vraiment chaleureux.

À l’extérieur, Il y a une grande tente pour les repas, un feu de camp avec des tapis et coussins pour s’allonger et profiter du cadre. La nourriture était, comme toujours, délicieuse. D’ailleurs, le tajine aux légumes berbère était carrément succulente. Les soirées et les nuits sont inoubliables…

Les gorges du Todgha

Le deuxième jour, après le petit-déjeuner dans le désert, nous sommes remontés sur nos dromadaires pour le chemin du retour. Nous quittons ces magnifiques paysages de dunes et nous mettons le cap vers les gorges du Todgha. Situées dans le Haut-Atlas près de la ville de Tinghir, les gorges du Todgha sont absolument éblouissantes. Elles sont autant populaires pour les touristes que pour les locaux. C’est un endroit parfait pour observer quelques moments de la vie quotidienne des autochtones. D’ailleurs, nous avons adoré ces moments croqués sur le vif comme ce petit tête-à-tête cocasse avec l’âne d’une famille de nomades.

Les parois de ces gorges sont abruptes et peuvent atteindre jusqu’à 300 mètres de hauteur. Ce site est un paradis pour la pratique de l’escalade. Heu…Non, nous n’avons pas testé, nous avons « préféré » (il faut bien trouver une excuse) profiter du paysage depuis la terre ferme !

Les Gorges du Dadès et les falaises des « doigts de singes »

Après les gorges du Todgha, nous nous sommes dirigés vers celles du Dadès situées près de la ville de Boumalne. Ces gorges, se trouvent également au cœur du Haut-Atlas et font plus de 45 kilomètres de long. Elles peuvent atteindre des hauteurs de près de 500 mètres... À côté de ces gigantesques montagnes, on a l’impression d’être bien petit.

Sur le chemin, nous passons aux falaises des « doigts de singes » ou « falaises de Tamlalt ». Le spectacle est extraordinaire. La forme des rochers semble sculptée comme des tas de doigts.

Il est possible d’apercevoir le site de la route, mais vous pouvez également prévoir une randonnée (accompagnée) assez difficile pour profiter pleinement du site. Pendant la randonnée, vous devrez escalader des rochers, il y a des pentes raides, pas de moyens de communications, pratiquement personne et de la chaleur ! Il est nécessaire de prévoir de l’eau en suffisance et vraiment éviter de s’y aventurer sans guide ! L’aventure, c’est bien, la sécurité, c’est mieux !

Un peu plus loin (quelques kilomètres après Boumalne), on arrive à la célèbre « route tortueuse des gorges ».

Elle porte très bien son nom : si vous avez le mal des transports, mieux vaut se préparer ! Cette route, elle tourne et retourne… et pas qu’un peu !

Cependant, cette route est absolument incroyable et le paysage est à couper le souffle. Elle se retrouve régulièrement dans les palmarès des routes les plus dangereuses au monde (et pour cause !). Pour nous, tout s’est bien passé grâce à notre chauffeur qui, visiblement, n’en était pas à sa première visite !

Si pour apprécier pleinement les gorges du Todgha, il faut être à pied. Il vaut par contre mieux être en voiture pour profiter de celles du Dadès. Ne vous inquiétez pas, il y a de nombreux endroits pour s’arrêter et profiter de ces paysages surprenants.

Cette troisième journée commence par la grâce matinée ! C’est difficile de quitter le confort de l’auberge pour reprendre la route. Aujourd’hui, celle-ci nous mène entre Boumalne et Ouarzazate sur la « Route des 1000 kasbahs ». 

La Route des milles Kasbahs

Le terme kasbahs trouve son origine du mot arabe « qasabah » qui signifie « forteresse » ou « roseau ». Aujourd’hui, c’est le souvent nom que l’on donne à une maison fortifiée, ou parfois à une citadelle dans le nord de l’Afrique. Sur cette route qui s’étend de Merzouga à Marrakech, chaque village, chaque colline semble avoir sa kasbah. Certaines sont en ruines et d’autres sont admirablement bien conservées.

Une balade au milieu de nulle part

Avant de se lancer à la découverte de ces trésors architecturaux, notre guide, Rachid, nous a proposé une petite sortie « off-road » entre les montagnes du Haut-Atlas. J’aimerais pouvoir vous indiquer la route ou même vous indiquer la direction, mais je n’en ai aucune idée. Tout ce dont je me souviens, c’est d’avoir emprunté un petit chemin entre deux maisons et qu’ensuite nous n’avons croisé personne pendant plus d’une heure (hormis quelques nomades de la région). La seule chose que je puisse vous assurer, c’est d’avoir découvert certains des plus beaux paysages de notre voyage : un mélange entre zones désertiques et des paysages lunaires. Sans guide, nous serions passés à côté de ces endroits exceptionnels.

L’oasis de Skoura et la kasbah Amridil

De retour à la réalité, nous avons encore roulé une bonne heure jusqu’à l’oasis de Skoura où se trouve la kasbah Amridil. Elle fut construite au 17e siècle et aujourd’hui elle est ouverte aux visiteurs. En plus de 300 ans, l’aspect de cette kasbah a peu changé. La famille Nassiri qui l’avait construite à l’époque est toujours responsable de la propriété et continue à entretenir les bâtiments. Grace à la ténacité de cette famille qui n’a jamais abandonné ce trésor amazigh, nous pouvons aujourd’hui admirer cette citadelle si particulière. Car cette Kasbah n’a reçu aucune aide de l’Etat ou de quelconque association. Elle n’est ni inscrite à l’UNESCO, ni même au patrimoine national…

Tous les habitants de la région ont participé à la transformation du lieu en musée. Ils ont fourni des tas d’objets qui permettent de découvrir à quoi pouvait ressembler la vie dans une kasbah entre les 17e et 20e siècles. Si l’organisation des objets présentés est un peu « pêle-mêle », l’architecture est absolument divine. Ce décor a subi une sérieuse cure de rajeunissement à la fin du 20e siècle et ce sont les meilleurs artisans de la région qui ont mis la main à la pâte pour lui rendre son lustre d’antan. 

Cette kasbah, est l’une des mieux préservées et l’une des plus vastes du Maroc. Elle est si populaire qu’elle a servi de décor pour de nombreux films, dont le très célèbre « Lawrence d’Arabie » ou encore « Ali Baba et les quarante voleurs » ! 

Ouarzazate et la kasbah de Taourirt

La journée se termine à Ouarzazate (Sommes-nous les seuls à adorer prononcer ce nom : « Ouarzazate »!). Cette ville est un peu considérée comme le « Hollywood » marocain en raison du nombre de films qui y ont été tournés. Et oui, les productions comme « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre », « Babel », « Lawrence d’Arabie », et même « Games of Thones » sont passée par Ouarzazate pour ces décors ! D’ailleurs, les passionnés de cinéma peuvent s’offrir quelques visites de studios !

Nous, ce qui nous intéressait avant tout, c’était la kasbah de Taourirt ! Elle est située en plein cœur de la ville et fut construite au 17e siècle. Contrairement à celle d’Amridil, celle-ci est inscrite au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Malheureusement, elle était fermée pour la journée et nous avons dû nous contenter de l’admirer de l’extérieur ! Le goût est amer, il nous oblige à y retourner !

Le meilleur pour la fin : le Ksar Aït Ben Haddou

Notre séjour tire à sa fin et le dernier arrêt se fait au ksar (village fortifié) de Aït Ben-Haddou. Il est situé à une vingtaine de minutes de Ouarzazate. Ce village est simplement exceptionnel. C’est un lieu hors du temps dans un environnement spectaculaire. L’ensemble est magique et chaleureux. Il représente à lui seul, un exemple d’architecture traditionnel du sud marocain. Le village est composé d’un ensemble magnifique de maisons et bâtiments en terre. Le tout est entouré de murailles et de tours défensives. Son charme déborde de chaque rue, de chaque maison, … Si vous avez déjà visité Chefchaouen (lire l’article ici), et que vous aviez adoré… alors attention, car vous succomberez ! Ce lieu est tellement magique qu’il a lui aussi servi pour de nombreux films comme « La Dernière Tentation du Christ », « Tuer n’est pas jouer », « La Momie », « Alexandre », « Gladiateurs », « Kingdom of Heaven », « Game of Thones », « Prince of Persia : les Sables du temps », « Sodome et Gomorrhe », …

D’ailleurs, j’ai un aveu à vous faire : si j’ai succombé à l’appel du désert, ce n’était ni pour fouler le sable du Sahara, ni pour monter un dromadaire dans le désert… non, non ! En réalité, si je voulais visiter cette région du Maroc, c’était pour réaliser l’un de mes rêves d’enfant. Un rêve rempli de mystères et de contes orientaux que j’avais découvert au travers d’une simple photographie. Ce rêve, c’était de voir le Ksar Aït Ben-Haddou de mes propres yeux !

Et vous, que pensez-vous du désert ? De quelle destination voulez-vous que l’on parle prochainement ? Commentez ci-dessous pour nous inspirer !

Poster un commentaire

Commentaires

  • Hanane

    30 novembre 2019

    Vous vous demandez quel pays choisir pour commencer à voyager pas loin, pas longtemps, pas cher avec un bébé ou des enfants ? Je vous recommande chaudement des vacances famille au Maroc ! Balade vivante dans les souks en famille, promenade à dos de dromadaire, camping dans le desert pour vivre comme des touaregs ou baignade sur les grandes et belles plages de la côte balnéaire… Il y en a des choses amusantes à faire. Pas loin et facile à voyager, le Maroc est un super pays pour initier les enfants au voyage en toute en sécurité ✈️❤️

    répondre...
    • ismail

      2 décembre 2019

      ready for this unbelievable adventure in my country #Morocco where u can find mountain desert without forget beauty of the north blue city of chefchaouen with akchor water falls yes i am Moroccan

      répondre...
  • Warenghien C.

    30 novembre 2019

    Ile de la réunion ! 😀

    répondre...
    • Stéphan

      1 décembre 2019

      On a un article en préparation mais pas encore satisfaits ! …ça devrait venir bientôt !…un peu de patience 😉
      C’est tout ?

      répondre...
  • 1 décembre 2019

    Et contrairement aux wallonnes, les routes marocaines sont parfaitement entretenues!
    Cela dit, une carte retraçant l’itinéraire ne serait pas inutile.

    répondre...
    • Stéphan

      1 décembre 2019

      Merci pour ce commentaire Claude. Effectivement pour les routes Wallonnes 😂
      Pour les cartes, on y songe mais on n’a pas encore trouvé l’outil 😉 donc si bon plan… Je suis preneur

      répondre...
  • Cosgun Elmas

    2 décembre 2019

    Le Maroc 🇲🇦 est sans doute la destination parfaite pour être dépaysé sans se ruiner et est très certainement l’un des pays les plus contrastés du monde sur le plan géophysique et ses habitants les plus doux et amicaux que l’on puisse rencontrer au Maghreb. Aussi, surtout ne pas manquer Chefchaouen (la ville bleue).
    Merci à ma copine, amie, agent de voyage pour ce Magnifique témoignage Hanane Ouakhchachi. Cela ne pouvait être si bien expliqué !!👌

    répondre...
  • Abdellah

    2 décembre 2019

    South Morocco is the Morocco you’ve probably envisioned, arid mountains and seas of sand dunes and ancient kasbahs that look like giant sandcastles. This is the part of the country where you can spend a night in the Sahara Desert, get to know Berber culture, and trace the paths of the old caravan routes.

    Major points of interest in this part of Morocco include Marrakech, Ait-Ben-Haddou, the Sahara Desert, the Atlas Mountains, and the coastal town of Essaouira.

    répondre...
  • Joe

    2 décembre 2019

    Des expériences inoubliables au sud du Maroc ! Les endroits sont sublimes ! Au sud on peut facilement se déplacer entre montagne, oasis et dunes de sable pour profiter des paysages magiques, des couchers de soleil qui restent gravés dans la mémoire. Sans oublier l’accueil chaleureux des gens, tout le temps souriants ! Une hospitalité qui coupe le souffle !
    Vraiment une expérience à vivre et revivre !!!

    répondre...
  • Julien Haid

    2 décembre 2019

    Une belle découverte ! Un pays authentique avec une population qui semble accueillante et chaleureuse. Peut-être une future destination qui sait ? Merci Le Giga Voyageur.

    répondre...
  • Aicha

    2 décembre 2019

    Endroits magnifiques, à ne pas regretter, trip à faire et à refaire, tout a été magique ! Les endroits, les levers et couchers de soleil, les gens sur place et aussi la nourriture, c’est devenu un rituel de visiter le sud du Maroc

    répondre...
  • Hanouda

    2 décembre 2019

    Meilleur endroit pour se détendre et oublier le stress de la vie, accueil chaleureux des habitants, authenticité de l’endroit, sécurité, et climat magnifique, tout ça fait du Sud du Maroc une destination paradisiaque.

    répondre...