Top

De Delhi à la ville fortifiée de Jaisalmer

Première partie


C’est loin d’être notre première expérience en Inde et comme à chaque fois, nous sommes obligés de constater que ce pays est vraiment fabuleux. C’est un pays qui bouscule nos sentiments et nos émotions. Pourtant, lorsque l’on discute de l’Inde avec d’autres personnes (non-initiées), il faut admettre que la majorité d’entre-elles ont de nombreuses idées reçues (Justifiées… Ou pas !).

Dans cet article, nous allons vous partager notre dernière expérience.

Alors, laissez-vous envoûter par notre aventure…

L’Inde, ça se mérite !


Évidemment, ce n’est pas la porte à côté ! Au départ de Bruxelles, le vol pour Delhi dure environ 10 h.

Nous sommes partis avec la compagnie Emirates avec une escale à Dubaï : des prix très intéressants, un excellent service et l’occasion de faire une pause (Shopping ;)) dans un aéroport impressionnant ! Le temps de vol vous donne l’occasion de rêver à ce qui vous attend en lisant une dernière fois votre programme !

Au pays des Maharadjas,

le dépaysement sera au rendez-vous


Ce n’est pas une légende :
l’Inde est un véritable berceau culturel où les voyageurs sont frappés par la beauté des paysages avec un fabuleux mélange de joyaux architecturaux.

Sur les marchés, vous y trouverez une multitude de couleurs et d’odeurs qui affoleront vos sens comme jamais. Vous trouverez également des coins désertiques à découvrir en safari.

Mais surtout, vous découvrirez les sourires d’un peuple authentique avec une culture incroyablement bouleversante.

Accrochez-vous, cette expérience va chambouler vos sens

et elle pourrait vous mener au nirvana…

La première étape de ce voyage: Delhi

La première grande tradition en Inde, c’est d’être accueilli avec des colliers de fleurs (Maalais). Vous entrez directement au pays des couleurs, des odeurs et de la spiritualité. Ça peut paraître anodin ou un peu ridicule pour certains et pourtant ! Ces colliers de fleurs ont une symbolique très importante pour les Indiens qui vous témoignent, par ce geste, leur gratitude et leur dévotion. Ils vous honorent réellement par ce cadeau.

Ce n’est pas un simple folklore local,

mais bien le témoignage d’un immense respect !

Delhi, située sur les bords de la rivière Yamuna, est la capitale de l’inde. Depuis très longtemps, c’est l’une des villes importantes du pays. Aujourd’hui, elle compte plus de 25 millions d’habitants. Elle est placée sur les routes du commerce du nord-ouest aux plaines du Gange. Elle a été la capitale historique de plusieurs empires indiens (dont les Moghols qui y établirent leur capitale dans la partie de la ville connue, de nos jours, comme le Vieux Delhi).

Dès notre arrivée, nous sommes plongés dans le bain avec la traversée des larges avenues de New Delhi, l’Arc de Triomphe, le Parlement, le quartier des affaires… Le patrimoine culturel de Delhi a été sculpté tout au long de son histoire et au gré de ses multiples influences culturelles. Ceci est largement illustré par les nombreux monuments disséminés dans toute la ville. L’Inspection archéologique de l’Inde reconnaît 175 monuments à Delhi comme patrimoine national. La vieille ville est le site où les gouverneurs moghols et les sultans turcs construisirent plusieurs merveilles architecturales comme la plus grande mosquée d’Inde « Jama Masjid » ou encore le Fort Rouge.

Delhi compte trois sites classés au patrimoine mondial :

  • Qûtb Minâr : c’est un minaret en pierre de grès rouge comptant 5 niveaux. Le premier sultan de Delhi (Qûtb ud-Dîn Aibak) a débuté les travaux pour le premier niveau en 1.192. Plus tard, le troisième sultan de la dynastie des esclaves (Shams Îltutmish) a ajouté 3 niveaux supplémentaires. Le dernier étage sera ajouté en 1.368. Il mesure plus de 72 mètres de haut et compte 379 marches pour atteindre le sommet. C’est la plus haute tour en pierre du pays.
  • La tombe de Humâyûn : c’est un impressionnant complexe d’architecture moghole qui abrite la tombe de l’empereur Humayun ainsi que 150 membres de la famille royale. Le site est inscrit au patrimoine de l’UNESCO depuis 1993.
  • La Porte de l’Inde : c’est un monument beaucoup plus récent qui a été inspiré par l’Arc de Triomphe de l’Étoile à Paris. Ce bâtiment a été inauguré en 1.931 pour commémorer les soldats indiens morts durant la Première Guerre mondiale et la troisième guerre anglo-afghane en 1919.

D’autres monuments comme le Jantar Mantar (un observatoire astronomique du XVIIIe siècle), Purana Qila (une forteresse du XVIe siècle), le temple du Lotus, le temple Laxminarayan et le temple Akshardham sont des exemples d’architecture plus moderne.

Certaines maisons de New Delhi, les bâtiments du gouvernement et les résidences officielles rappellent l’architecture coloniale britannique. Le tombeau de Safdarjung est un exemple de jardin de style moghol.

Lors de notre visite, nous nous arrêterons au Raj Ghat :

Le mémorial du Mahatma (« Grande âme ») Gandhi

Le site est une simple plateforme de marbre noir qui commémore l’endroit où il fut incinéré en 1948. Pour comprendre l’importance de ce monument, il faut savoir que Gandhi a toujours refusé d’associer le titre de « Mahatma » à sa personne. Il avait la volonté d’avoir une existence simple. Il voulait :

« Vivre simplement pour que tous puissent simplement vivre ».

Ghandi

Il s’est imposé un mode de vie ou toute dépense superflue devait être abandonnée. Il a inspiré (et inspirera) le monde entier par sa vision de la vie des hommes, du pouvoir, de l’argent,…

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Ghandi

Ce site est impressionnant par sa simplicité….Alors que dans de nombreuses cultures, cet homme aurait peut-être mérité l’un des plus beaux palais de l’histoire de l’humanité.

La vieille ville de Delhi : OLD DELHI

Old Delhi a une toute autre image avec ses petites ruelles étroites et poussiéreuses remplies en permanence d’une foule colorée !

Les rues sont bondées de voitures qui croisent des bus, des motos et des charrettes dans tous les sens et en évitant les vaches qui baladent partout. Les klaxons incessants des rickshaws dissimulent à peine le brouhaha indescriptible de toute cette agitation.

En vous promenant dans ces rues, vous serez systématiquement enivrés par la multitude de parfums délicieux qui s’échappent des étals des marchands et qui masquent les odeurs nauséabondes de cette activité humaine !

Et pour ajouter un peu de piments à l’expérience, vous pouvez visiter ces quartiers pittoresques à bord d’un pousse-pousse !

Avant de quitter Delhi, il est recommandé de passer par le plus grand temple Sikh de la ville. Le Sikhisme est une religion monothéiste basée sur la théorie du karma et de la réincarnation. Les disciples tentent d’éviter les réincarnations en renonçant aux vices comme l’alcool, le tabac ou la consommation de chair animale en menant une vie honnête et intègre. Ils invitent leurs prochains à vivre de manière fraternelle et généreuse. Le but ultime de leur existence est d’obtenir le « salut », la « libération ». Le Sikhisme est quand même la 5éme religion au monde !

Pour entrer dans le temple Gurudwara Bangla Sahib, nous sommes obligés de nous déchausser. C’est un temple magnifique en marbre blanc, surmonté d’un dôme doré et garni d’un vaste bassin pour les ablutions des fidèles. C’est un haut lieu de rassemblement des fidèles et pour de nombreux voyageurs, c’est sans doute le plus bel endroit de la ville.

Dans les vieux marchés de Old Delhi, vous trouverez tout ce que vous pouvez chercher ! Ça va des mangues cuites à l’huile aux bijoux en argent, en passant par des mélanges d’herbes macérées de toutes les couleurs, ou encore toutes sortes de pickles (condiment à base de légumes et épices macérés dans du vinaigre). On y trouve aussi des vêtements de noce, du tissu, des épices et des pâtisseries…. Bref : vous aurez le choix !

Chandni Chowk, un marché vieux de trois siècles, est l’un des endroits les plus populaires pour faire des achats, en particulier pour les bijoux et les saris.

Dans la vieille ville, on retrouve encore de majestueuses demeures, maisons de maître ou des petits palais résidentiels que l’on nomme « Havelî ». Ces bâtiments ont souvent étés construits par des princes ou de riches commerçants. De plus en plus d’« Havelî »sont restaurés et parfois même transformés en hôtels.

Mandawa, la ville la plus importante la région du Shekhawati

Après pratiquement trois heures de route, nous nous arrêtons pour une balade pittoresque dans le village de Narnaul. Cet arrêt permet de couper la route pour se dégourdir les jambes, car les distances peuvent être longues. Les innombrables échoppes sont couvertes de beaux fruits et de légumes d’origine locale. Il y a vraiment de tout : du chou-fleur, des carottes, des pommes de terre, des petites bananes, des noix de coco, des cacahouètes, etc. … Nous avons même goûté une châtaigne d’eau au goût très agréable, de quoi reprendre la route pour faire 120 km (3 heures).

Mandawa est une petite principauté féodale exceptionnelle dans la très pittoresque région de Shekhawati. La ville est remplie de Haveli. Les façades de ces anciennes demeures de riches marchands sont illustrées de fresques qui racontent aux visiteurs des histoires et des légendes. On a pu découvrir des maisons entièrement recouvertes de fresques illustrant la vie quotidienne, des mythes religieux ou encore des légendes guerrières…

Au travers de ces Haveli, les riches marchands étalaient leur opulence aux yeux de tous. Pourtant, de l’extérieur, ces maisons semblaient assez insignifiantes. Mais en poussant les lourdes portes de bois des entrées, on pouvait découvrir leurs incroyables richesses.

On pénètre alors dans un domaine principalement réservés aux femmes qui leur permettait de se soustraire aux regards de la rue tout en jouissant des charmes de cours intérieures. La plupart sont toujours entourées par une arcade dont les murs sont encore ornés de fresques exécutées par les meilleurs artistes venus de Jaipur.

Bikaner, la capitale princière et son fort Junagarth

Sur ce parcours, un arrêt s’imposait à Fatehpur pour admirer encore quelques havelis.  C’est tellement beau que nous ne nous en lassons pas. 

Pour l’anecdote, c’est à cet endroit que nous avons rencontré le fils d’une française qui est à l’origine, depuis une vingtaine d’années, d’un procédé de restauration issu de techniques ancestrales à bases de produits naturels afin de préserver ces joyaux architecturaux du Rajasthan.

En reprenant la route, les paysages deviennent plus désertiques et il n’est pas rare d’apercevoir des dromadaires ou des gazelles. Nous entrons dans le désert du Thar.

Nous sommes arrivés à Bikaner, ancienne capitale princière du Xe siècle. Elle fut fondée par Rao Bikaji, chef Rajpoute. La ville est un haut lieu du Rajasthan, qui nous a fait saisir le caractère romantique de cette terre de preux chevaliers. La cité s’élève sur un petit plateau qui lui donne un air imposant que renforcent encore les merveilleux remparts crénelés qui l’entourent.

Bikaner est le berceau du fameux « Camel Corp » qui a joué un grand rôle dans les guerres du désert. Nous y avons visité le Fort Junagarth, forteresse construite au XVIe siècle comme un véritable nid d’aigles. On y accède par une longue rampe et plusieurs portes monumentales. L’une d’elle attirera votre attention par les nombreux impacts de boulets de canons laissés lors de l’une des dernières batailles. Le Fort renferme divers palais et temples. C’est un dédale de couloirs, d’escaliers et de cours intérieures laissant apparaître de superbes façades sculptées.

Depuis quelque temps, les autorités indiennes ont installé un ascenseur pour faciliter l’accès aux personnes ayant des difficultés pour se déplacer.

C’est simplement une visite inoubliable suivie par une promenade dans le marché local des légumes et ponctuée par un petit tour en « Tuk Tuk » dans la vieille ville.

Une Expérience surprenante

L’hôtel: The Fort Pokaran

En cours de route, nous nous sommes arrêtés dans le petit village de Kurja. A cet endroit, on a pu voir le rassemblement des oiseaux migratoires autour du plan d’eau. Nous y avons admiré les grues demoiselles de l’Himalaya.

Ensuite, nous avons visité ce que les Indiens appellent, la « ferme des vaches ».
En Inde, comme vous le savez, les vaches sont sacrées. Elles se promènent en liberté dans tout le pays, dans toutes les villes et tous les villages…Mais aussi sur toutes les routes !
La ferme des vaches est une structure où plusieurs dizaines de vétérinaires soignent les bovidés malades ou blessés sur les routes. Cet endroit, assez exceptionnel, vit grâce aux dons et à la vente de produits d’origine bovine. Mais attention, pas de viande ! Juste le lait et l’urine des vaches.

Saviez-vous que cette dernière aurait des vertus curatives pour le diabète et le cancer ? Enfin…C’est ce qu’ils affirment !

Allez, hop, un verre d’urine ! Heu…Non merci, il est grand temps de découvrir notre hôtel !

C’est un magnifique ensemble de bâtiments de grès rose dont l’histoire aurait débuté au 14e siècle et qui appartenait au Maharadjas de Jodhpur. Les propriétaires actuels l’ont rénové récemment et ils vivent sur place. Ils ont transformé les lieux en hôtel patrimonial qui compte 19 chambres. Il bénéficie d’un petit musée, mais surtout d’une magnifique piscine en marbre blanc. C’est tout à fait suffisant pour se prendre pour un Maharaja et se rafraîchir dans un cadre aussi exceptionnel.

Lors d’une courte promenade dans la ville, nous rencontrons des Indiens qui viennent en pèlerinage au temple de Shiva et pouvons admirer le temple Jain qui a été spécialement ouvert rien que pour nous ! Et oui !

Jaisalmer, la cité dorée du désert

S’il est vrai que depuis notre arrivée en Inde, nos yeux se sont régalés, en arrivant à Jaisalmer, ils ont étés illuminés ! Une fois de plus, c’est l’étonnement. Nous sommes dans la fascinante cité émergente du désert : c’est la ville dorée ou la ville du désert.

Cette somptueuse cité caravanière fut fondée en 1.155 par le Rao Jaisal. C’est une ville de grès jaune au milieu du désert. Les balcons et les façades de ses maisons ont étés ciselées comme de la dentelle.

Quel chef-d’œuvre, quel bijou !

Comment ne pas rêver en découvrant tant de beauté ?

En dépit de son histoire tumultueuse, elle a prospéré grâce à sa situation sur les routes commerciales allant de l’Inde vers la Perse, l’Arabie, l’Egypte, l’Afrique et l’Europe. Poste avancé sur le désert du Thar, cette cité lointaine de Jaisalmer contrôlait autrefois la traversée de nombreuses caravanes qui assuraient le commerce entre le Pakistan et l’Inde. Elle témoigne encore de sa splendeur passée par de somptueuses résidences de marchands aux façades de grès ocre rose aussi richement ciselées que des coffrets de bois de santal sculptés.

C’est sans doute grâce à son mode de vie ancestral que la cité a su conserver au fil des siècles sa beauté. La ville a préservé son architecture exceptionnelle tout en gardant une homogénéité remarquable.

Quel bonheur de flâner dans les ruelles de la ville basse qui regroupe l’activité des nombreux artisans cordonniers, tailleurs, bijoutiers, quincailliers, pâtissiers…

Poursuivez impérativement votre balade au sein du Palais du Maharawal et des temples hindous incroyablement sculptés.

Cette ville nous aura réservé de très nombreuses surprises comme le lac artificiel de Gadi Sagar qui est la seule source d’eau du désert ou encore la visite de Bara Badh, l’ancien jardin des souverains de Jaisalmer. Oups, j’allais oublier de vous parler des magnifiques cénotaphes et des chhattri (tombeau élevé à la mémoire d’un mort et qui ne contient pas son corps) des Maharawal de Jaisalmer.
Ils sont édifiés sur une colline située près d’un petit lac en contrebas, dans un très beau décor. Sous le dôme de chaque chhattri (structures en forme de pavillon ou de kiosque carré coiffé de dôme), une petite stèle représentant une ou des « satis » (souveraine qui s’est immolée par le feu pour ne pas survivre à son époux).

Eric Dubois

Fin de la première partie…A suivre : Le désert du Thar, Pushkar et le fort d’Amber à Jaipur

Poster un commentaire

Commentaires