Top

(Partie 1)

Hit Z Road America Z66

(by Zegut)

De Chicago à Amarillo

Notre esprit est régulièrement sollicité par des images qui peuvent rester gravées tout au long de notre existence. Elles construisent nos rêves et sont abreuvées par des récits, les photos de nos amis, les romans, les films, … Certains rêves peuvent sembler inaccessibles, d’autres sont réalisables.

Nous, après avoir entendu sur RTL2 (radio) l’illustre animateur Francis Zegut présenter son Road Trip « Hit Z Road America Z66 », on s’est lancé à la conquête de cette route légendaire qui hante depuis longtemps notre imaginaire.

La mythique et envoutante Route 66 compte plus de 3.600 kilomètres de bitume entre Chicago et Los Angeles (Santa Monica), tout en traversant huit états américains et trois fuseaux horaires. C’est un sacré Road Trip, mais pour la majorité des bikers c’est le Saint Graal ! Et quand vous pouvez tailler cette route en compagnie d’un expert musical (hard rock) comme Francis Zegut, c’est l’assurance de découvrir l’âme véritable de cette route à travers des tas d’histoires et d’anecdotes incroyables.

Ça y est, la « Mother Road » va bientôt s’inscrire à notre palmarès de pilotes. Et pas n’importe comment, mais en chevauchant une fabuleuse Harley-Davidson. L’organisateur du voyage, Bike To Beach, permet aussi d’accompagner les motards à bord de cabriolets, ce qui est franchement très sympa pour les amateurs du genre.

Dès la réservation, nous avons reçu par la poste un colis contenant un magnifique livre de photos, un coffret de 5 DVD sur l’histoire de la Route 66 avec des films comme « On America Odyssey, Easy Rider, Bagdad Café, Thelma & Louise » et également des romans tels que « Les Raisins de la Colère », « La Route », etc… De quoi illustrer avec beaucoup de justesse le Spirit de la 66.

On rêve déjà. Ce colis, c’est vraiment une excellente idée !

Let’s go, Chicago !

Premier jour et premier voyage vers les Etats-Unis !

La veille du départ, nous sommes tous réunis dans un hôtel à Paris. C’est notre premier voyage aux USA.

Un membre du staff de « Bike To Beach », nous remet un Roadbook qui nous présente avec détails chaque jour de ce voyage pendant que Francis ZEGUT nous remet sa nouvelle compilation Z66.

Une petite nuit avec un décollage aux aurores et nous sommes déjà à Chicago, ville des vents bordant le lac Michigan. Nous nous sentons l’âme d’un Globe-Trotter et Phil trépigne à l’idée d’en découdre avec le bitume.

Rendez-vous à la réception de l’hôtel pour une première photo de groupe devant le panneau « Historic Begin 66 », cette fois, on y est !

Pour ce voyage très spécial, la demi-pension est comprise.  Ce soir nous mangeons au « House Of Blues », un club de Blues bien connu de Chicago, où notre premier Hamburger s’imprègne des Blues Brothers. Nous faisons connaissance avec deux couples originaires de Bordeaux. Sous les précieux conseils du Staff et pour résister au jet lag, nous nous rendons ensemble au club de musique de Buddy Guy, le « Legends ». De quoi s’imprégner du meilleur Blues de la ville en se désaltérant de quelques bières bien fraiches.

Une visite de Chicago en city Bus ou le musée Harley-Davidson à Milwaukee

Le lendemain, breakfast au « Lou Mitchell » un incontournable pour ceux qui se lancent sur la Mother Road. L’ambiance est au rendez-vous, un vrai petit déjeuner américain qui vous donne des forces pour la journée.

Le staff nous propose soit une visite de la ville en City Bus privé ou la visite du musée Harley-Davidson à Milwaukee (+/- 1h40 de route). Ce musée représente toute l’histoire de la marque sur plus de 12.000 m2. Le groupe se sépare et plus tard, avec Phil, nous errons dans « The Windy City » au gré du vent. Petite balade le long du lac, quelques stations avec le légendaire El (métro aérien), le « Millenium Park » avec le « Cloud Gate »  et nous rentrons à l’hôtel. Nous longeons au Congress Plaza Hotel, en plein centre, face au lac et au parc. L’hôtel est magnifique et bien situé. C’est le moment de se reposer car demain c’est le vrai départ.

Prise en main des bécanes et grand départ sur la mythique R66 

Réveil à 7 heures, breakfast à l’hôtel, le staff nous attend. Tous les bagages sont rapidement chargés dans les vans qui accompagnent le groupe tout au long du voyage : un confort vraiment appréciable (je vous en parle plus bas) !

Pendant que les pilotes voitures rejoignent leurs cabriolets, tous les pilotes moto prennent leurs casques, leurs gants et partent chez Eagelrider où les motos attendent patiemment.

Le départ est prévu à partir des agences de location, nous nous rejoindrons sur la route. Nous glissons le premier CD de la compil de Francis Z dans la radio de la moto et yes, ça marche ! On va démarrer en musique.

Nous sommes mardi et les américains vont au boulot. Les pressés-stressés se disputent la route. Le staff nous recommande une grande prudence et beaucoup de patience pour nos premiers kilomètres.

Cédric, le boss de Bike To Beach, , nous explique le fonctionnement du Tripy (Roadbook électronique) qui a été installé sur chaque véhicule. Le Tripy affiche les distances, les changements de direction, et surtout nous renseigne chaque endroit historique de la Route 66. Le gros avantage de ce Tripy est que nous ne devons pas rouler en convoi : chacun sa main, chacun son rythme et ses envies.

Cédric a insisté :

Vous vous arrêtez quand vous voulez et vous faites les détours que vous voulez… Prenez votre temps et profitez pleinement de chaque instant. La route vous appartient !

Il a affirmé que ça allait devenir comme un jeu et on y croit.

Nous décidons de partir à 4 motos et très vite nous roulons à travers un Illinois essentiellement agricole à la recherche des marqueurs de la Route 66. C’est un peu une balade et une chasse aux trésors en même temps. Grâce au Tripy nous découvrons les « hot spots » à ne pas manquer comme: les stations-service, des vieux motels, des garages d’époques, des restaurants typiques, mais aussi des peintures murales, ou de vielles voitures légendaires.

Contrairement à ce que nous avions entendu ou lu dans certains documentaires, les premiers kilomètres de la Route 66 sont formidables. Ce soir, nous dormons à St Louis et nous mangeons à l’hôtel, un succulent buffet qui nous retape après de nos premières émotions sur la Mother Road. Le Staff nous encourage à nous coucher tôt et à bien nous reposer. Phil et moi, nous nous endormons sans rechigner, les chambres du « Missouri Atlantic Club » sont magnifiques, notre hôtel est plein de charme. Et oui, nous sommes déjà dans le Missouri !

L’incontournable Gateway Arch de Saint Louis

Ce mercredi démarrage à pied car nous avons un rendez-vous particulier. Nous allons visiter le Gateway Arch, symbole de la ville au milieu d’un magnifique parc situé en plein cœur de la ville, au bord du Mississippi. Cette immense arche métallique inaugurée officiellement en 1968 symbolise la porte de l’Ouest pour les pionniers de la conquête de l’Amérique. Cet ensemble est également un hommage à Thomas Jefferson, le 3éme président des Etats-Unis.

Plus on s’approche de ce monument et plus il est impressionnant. La largeur et la hauteur de l’Arche font 192 mètres ! Soit, pratiquement la hauteur de la tour Monparnasse à Paris ou deux fois la hauteur de la Statue de la Liberté !  

Il est possible de grimper au sommet de l’Arche. Pour cela, nous devons emprunter de minuscules cabines pour maximum 5 personnes pour atteindre les 192 mètres du sommet. Le brouillard nous gâche un peu la vue, mais l’impression est gigantesque, vertigineuse.

Notre « Contact Moteur » n’est prévu qu’à 11 heures mais pas de stress, notre étape en direction de Rolla ne fait que 183 kilomètres. Nous apprivoisons de mieux en mieux notre Tripy qui est notre véritable guide pour cette R66. De plus, comme le staff n’est jamais très loin pour nous assister, nous nous sentons véritablement en sécurité. C’est un ingrédient important pour profiter au maximum de ce voyage. C’est encore plus vrai pour nous dont c’est le premier aux USA.

Nous nous arrêtons tout le temps, on s’émerveille, on fait des centaines de photos. L’histoire de la R66 se déroule devant nous. Nos livres et nos films reprennent vies. Associés aux odeurs, aux vents frais et aux rugissements des moteurs, nos cœurs battent à toutes vitesses. Hum…que c’est bon ! Nous palpons enfin du bout des doigts cet esprit de liberté et de romantisme sauvage. Plus les paysages défilent et plus on a envie comprendre l’histoire de cette route.  

On s’arrête pour grignoter vers midi, les petits endroits sympas ne manquent pas. On y retrouve certains membres du groupe. Ça renforce le sentiment de bien-être, de familiarité, de sécurité, c’est vraiment sympa.

Rolla, c’est une petite bourgade. C’est une ville « étape » par excellence. Ce soir avec nos nouveaux amis, on s’enfile quelques bières au bar de l’hôtel avant d’aller manger avec le reste du groupe. C’est un moment idéal pour partager nos histoires, nos anecdotes et se plonger encore un peu plus dans l’atmosphère de R66.  

Le Roadbook

Un Roadbook exceptionnel pour la Route 66

Aujourd’hui, dans le Roadbook « papier », il y a une phrase de Jack KEROUAC qui me plait beaucoup :

 « Lorsque enfin je poussai le moteur, la route m’apparut immédiatement comme une délivrance, comme le nouveau-né s’échappait du fruit perçant la fine peau qui le séparait du jour, j’avais la certitude de partir pour une Amérique que je savais ne pouvoir découvrir que sur la Route ».

Jack Kerouac

L’équipe de “BiketoBeach” a particulièrement soigné la présentation de son Roadbook papier. Chaque jour, une phrase un peu philosophique illustre l’étape. Le tout est complété de nombreuses explications historiques, avec des adresses, des horaires etc…  Ce Roadbook a été travaillé avec passion et précision.   

Les routes choisies sont vraiment faciles, larges et en très bon état. Le parcours a été reconnu et vérifié par le staff lors des reconnaissances. Juste avant d’arriver à Joplin, nous nous arrêtons devant deux fresques murales vraiment sympas. Au pied de l’une d’elle, une Chevrolet Corvette de 1964 coupée en deux, enjolive le tout. Ce soir, Phil me dit être un peu fatigué, mais il se sent de mieux en mieux au guidon de son Harley. Un bon bain chaud, nous fera le plus grand bien. La R66, ça se mérite !

La météo

Lors d’un voyage, le climat est parfois imprévisible

Ce matin, pour le petit déjeuner : Surprise ! Nous allons déjeuner dans un « Cracker Barnet ». C’est une chaine de restaurant généreux dont les petits déjeuners s’apparentent au casse-croute d’un dinosaure. On applaudit ! Mes œufs « Bénédict » étaient trop trop bons.

On grimpe sur nos motos, on a rendez-vous avec l’Ouest Américain, les chevaux, les Cow-boys et le fantôme de John Wayne va scionner notre étape.

Au briefing de ce matin, Cédric (B2B) nous a rassurés à propos d’une tornade annoncée mais qui ne devrait pas croiser notre itinéraire. En arrivant à Oklahoma City, on a remarqué d’énormes nuages. Le vent était très soutenu et il bousculait l’équilibre de la moto. La nuit qui s’annonce risque d’être mouvementée. Ce soir c’est « soirée libre », pas de diner avec groupe ! Nous décidons d’aller manger en amoureux et nous prenons le temps d’appeler la famille en France. Vive le wifi qui est toujours présent dans les restaurants, les hôtels et la plupart des lieux publics… 

En route pour Amarillo, dernière ville avant d’entrer au Texas

Ce matin (comme tous les matins) nous descendons nos bagages à l’arrière des vans. En tant que femme, j’apprécie vraiment ce confort de pouvoir faire de la moto sans être obligée de limiter mes bagages ! Ça permet de donner libre court à un peu d’élégance en enfilant une petite robe légère et des chaussures à talons !  C’est juste génial. Ça change des bagages super limités, et des motos surchargées…

D’ailleurs, nous n’embarquons que le stricte nécessaire comme notre appareil photo, des bouteilles d’eau, nos papiers, le Roadbook et une tenue décontractée pour midi. Pour Phil, c’est un pur bonheur de pouvoir manipuler une moto assez légère sur d’aussi longues distances.

L’équipe du staff fait énormément de photos durant tout le voyage, que ce soit sur la route, dans les restaurants, dans les clubs etc… Dans le programme, ils prévoient même une soirée « retrouvailles » quelques mois après le retour lors de laquelle, ils nous remettent un album avec les plus belles photos du groupe. On est déjà impatient !!

Notre étape du jour est Amarillo. C’est la dernière ville avant la frontière du Texane. Au briefing, Cédric nous expliqué que nous allons entrer dans l’état le plus répressif des Etats-Unis. Il faut faire très attention aux excès de vitesse, aux stops et aux panneaux de signalisations : ici la peine de mort est encore d’actualité. Oups !!

Mais il nous a aussi parlé d’une tradition texane un peu folle :

« Ce soir si vous ne voulez pas payer votre steak :

Il vous suffit d’avaler 1,8 kilos de viande et ses accompagnements en moins d’une heure ».

Phil est vraiment très chaud…

Nous avons étés au « Big Texan Steak Ranch » où nous avons mangé une délicieuse viande merveilleusement bien cuite. La soirée a tenu toutes ses promesses et pendant notre repas, le gong a sonné deux fois !

Deux gagnants… mais pas mon petit Philou !

A suivre …

La Road 66 en Harley-Davidson (part 2)Hit Z Road America Z66

(by Zegut)

De Amarillo à Los Angeles

Poster un commentaire

Commentaires

  • warenghien curtis

    23 janvier 2020

    bel article ! Bravo !
    Maintenant je préférai la faire en décapotable qu’en moto ! Mais cela fait rêver ! merci. 🙂

    répondre...
  • 1 février 2020

    Awesome post! Keep up the great work! 🙂

    répondre...
  • cbd

    16 mars 2020

    Good site you’ve got here.. It’s difficult to find quality writing like yours nowadays.
    I honestly appreciate individuals like you! Take care!!

    répondre...